Marketing sensoriel : le marketing sonore

Nicolas 10 février 2012 10
Marketing sensoriel : le marketing sonore

Si, comme on l’a vu dans le précédent article sur le marketing sensoriel, le regard et la vue jouent un rôle prédominant (pour ne pas dire prééminent), un autre sens tient une place tout aussi importante.

Le marketing Sonore

Ou comment mettre le son et l’ouïe au service d’une stratégie webmarketing.

En effet, après le regard comme premier levier du marketing sur internet, le son joue un rôle prépondérant.

C’est un sens qui peut se dématérialiser. On peut « partager » sur notre espace web une musique, un podcast ou encore une interview.

Bien évidement, on retrouve l’ouïe en harmonie avec le marketing visuel lors des vidéos. Le son joue alors le rôle d’ambianceur.

Le marketing sonore va jouer sur la création d’un espace correspondant à notre volonté commerciale. Si vous souhaitez mettre le prospect en alerte, vous utiliserez certainement un fond sonore (musiques, jingles, bruitages) agressif ou rythmé.

A l’inverse, si vous désirez amener la confiance, une sonorité plus calme, sobre sera incorporée dans votre marketing sonore.

L’expérience utilisateur

marketing sensoriel

le marketing sensoriel ou l’utilisation des 5 sens

Indispensable à tout raisonnement marketing, l’expérience utilisateur peut se développer avec le son. En apportant à votre visiteur une ambiance spécifique, vous vous détachez des autres, vous rendez le contact entre lui et votre site unique et personnel.

La musique a cette force que ne possède pas le regard, elle est inconsciement perçue par l’utilisateur. Elle ne demande aucun effort et porte des messages universels.

En mercatique classique, dans les grands magasins par exemple, le son est utilisé depuis longtemps. Idem pour la notoriété de marque, rien de mieux qu’un jingle bien reconnaissable et mémorisable pour identifier une marque ou un produit. (exemple : Carglass)

Prenez soin de fournir une bande son à vos vidéos qui corresponde exactement à votre message. Si vous diffusez une musique (par le biais d’un player incorporé), demandez-vous si la lecture doit être automatique ou si c’est à l’utilisateur de l’activer. La première approche peut être perçue comme intruisive, mais donne de bons résultats en matière de création d’ambiance. La seconde donne la liberté d’écouter ou pas (ce qui est mieux perçu), au risque de ne pas être enclenchée.

 Le marketing sensoriel encore trop peu utilisé

Le marketing sonore sur internet est encore peu développé, hormis avec la vidéo bien sûr. Or, il semble que ce levier soit de plus en plus réfléchi.

Pour augmenter l’expérience utilisateur, de plus en plus de services permettent de détecter vos préférences musicales et de diffuser ainsi ce qui va plaire suivant le profil de votre visiteur.

Avec le web 3.0 (les machines intelligentes ^^), le marketing sonore devrait connaître une explosion.

< < marketing sensoriel : définition
a venir ^^

 


10 Commentaires »

  1. arnaud@agrumeprod.fr 10 février 2012 à 22 h 56 min - Reply

    Oulah, je n’étais pas passé depuis longtemps, ça a bien changé ici :)
    Ton design est bien plus sympathique.

    Moi qui me déplace beaucoup, je rencontre de plus en plus de parking avec ambiances sonores, ça semble être une tendance à la mode.
    Il y’a même des chaînes de magasins où la musique est non seulement présente mais obligatoire. Ca fait partie du concept de ces franchises et donc c’est imposé par le siège.

    Maintenant sur un site en automatique c’est assez agaçant.

    • Nico 14 février 2012 à 15 h 51 min - Reply

      Salut arnaud,

      oui, les lieux publics sont un bon endroit pour le marketing sonore (grand magasin, parking ou même dans les rues). Pour avoir travaillé dans plusieurs franchises, je peux ajouter qu’il existe des radios spécifiques au groupe (Feu Vert, Super U, etc ..)

      Maintenant, imagines arriver sur un site et qu’une fenêtre popup te propose d’écouter ton morceau préféré simplement en cliquant sur OUI … cliqueras-tu ?

      Nico

  2. Chafik 11 février 2012 à 19 h 44 min - Reply

    Bonjour,

    Moi aussi, ça fait un moment que je ne suis pas passé. Transformation totale, j’aime beaucoup ! Mais la patte orange n’a pas changé… ;)

    Pour revenir à l’article, je ne sais pas si ce concept de marketing sonore est applicable sur un blog, avec le risque d’alourdir le chargement des pages. Et par conséquent, pénalisation par rapport à Google ? Est-ce qu’il y a des blogueurs qui l’applique ?

    Cordialement,
    Chafik

    • Nico 14 février 2012 à 15 h 54 min - Reply

      Coucou Chafik,

      oui, la patte reste toujours là ^^ Merci pour les changements.

      Je pense au contraire que le marketing sonore peut se développer sur un site (ou un blog). On peut imaginer des sons spéciaux pour tes clics par exemple, sons envoyés par le site lui-même. (et un son de clic ne pèse rien)

      Je ne sais pas si des blogueurs « émettent » déjà du son.

      Nico

  3. Olivier@coaching d'entreprise 13 février 2012 à 19 h 23 min - Reply

    Je suis ok avec toi sur la réflexion sur le « marketing sonore »…
    mais un peu moins ok sur le web 3.0

    • Nico 14 février 2012 à 15 h 59 min - Reply

      Coucou Olivier,

      si effectivement, le web 3.0 se compose de machines intelligentes (capables de réagir selon les informations qu’elles possèdent sur nous et nos habitudes de surf), je pense que l’on peux réellement imaginer que la musique ou le son feront leur apparition.

      Nico

  4. kevin - construction maison 7 mars 2012 à 15 h 19 min - Reply

    c’est vrai que ce marketing est peux connu, mais je suis sure que ca joue un role déterminent! merci pour l’article !

  5. Sensoblog 30 mai 2012 à 18 h 40 min - Reply

    En tant que spécialiste du sujet, il s’avère que oui la musique peut faire vendre et qu’elle a un impact fort sur le consommateur. Voir le blog Sensoblog.com pour s’en convaincre, il fourmille d’exemples.

    La sonorisation d’un site internet doit être étudiée de manière précise. Il est clair que la musique a un impact sur l’individu consommateur, internaute, etc. De nombreuses références d’article sont disponibles sur Sensoblog pour étayer cela.

    Toutefois, la situation du web est particulière car il est courant de superposer les media (donc d’avoir une radio, une tv ou une playlist web qui tourne en même temps que le surf sur internet). En pareil cas, la sonorisation viendra polluer et fera fuir rapidement ou sera coupée. Au bureau, les surfers ont envie d’être discrets et n’allument pas les enceintes. La musique n’est pas entendue.

    Les seuls cas de sonorisation web à recommander sont donc pour des logiques de théâtralisation forte, d’expérience « content » intense (video, animations, etc.) comme pour les mini-sites de marque ou les sites évènements.

    Avant de sonoriser un site, il est nécessaire de se poser la question de l’objectif de cette musique sur le site.