Pourquoi je prie pour que votre blog soit un échec ? Et pourquoi c’est mieux pour vous !

Nicolas 11 septembre 2011 38

Ceci est un article invité par Cédric Vimeux, de Virtuose Marketing. Il rentre dans le cadre de l événement de Kategriss, 6 blogs, 6 personnalités, 26 jours.

Pourquoi je prie pour que votre blog soit un échec ? Et pourquoi c’est mieux pour vous !

Savez-vous quel est le principal obstacle à la réussite de votre blog ?

Cet obstacle est en vous, et il se nomme : la peur de l’échec.

Or, si vous voulez connaître le succès avec votre blog, vous devez avant tout apprendre à composer avec l’échec. Et, parfois même, à le provoquer. Pourquoi ?

Tout simplement parce que l’échec fait partie intégrante de la réussite.

Si vous voulez réussir, vous devez avant tout apprendre à échouer.

Sceptique ? Lisez la suite…

Qu’est-ce que l’échec ?

L’échec, vous l’endurez quand le produit que vous venez de lancer ne se vend pas, ou trop peu.

Vous l’endurez quand l’article sur lequel vous avez travaillé 3 heures, en y mettant votre âme et vos tripes, reçoit des mauvais commentaires. Ou des moqueries.

Vous l’endurez quand le blog influent sur lequel vous vouliez être publié refuse votre article invité. Quand les bénéfices de l’action commerciale que vous avez lancée ne sont pas à la hauteur de vos attentes. Et quand le livre que vous avez écrit est refusé par un éditeur.

Vous l’endurez aussi quand on parle de vous comme un novice, et qu’on vous traite de « petit rigolo ». Ou quand un client est mécontent de votre produit, et en demande le remboursement.

La peur de l’échec est le pire frein à la réussite. Parce qu’elle s’agrippe à vos jambes, et vous empêche de bouger.

Elle vous pousse à l’immobilisme.

J’ai dans mes contacts un bon nombre de personnes qui aimeraient vivre des revenus de leur blog. Pourtant, ils sont si emprisonnés dans leur peur d’échouer qu’ils freinent eux même leur propre réussite.

Est-ce votre cas ? Vérifions :

Votre peur de l’échec freine-t-elle votre réussite ?

La peur de l’échec freine votre réussite quand :

  • Vous attendez d’avoir plus de connaissances sur un sujet pour en parler
  • Vous ne publiez pas cet article génial, car son idée maitresse va à l’encontre de la pensée commune. Et vous avez peur de la réaction de vos lecteurs, et des commentaires.
  • Vous ne testez pas cette nouvelle accroche, car vous craignez qu’elle fasse baisser vos ventes.
  • Vous jetez votre manuscrit à la poubelle, car 9 éditeurs l’ont déjà refusé – qui plus est, en se moquant de vous.
  • Vous n’agissez pas, car vous avez peur de mal faire les choses. Ou de ce que les gens vont en dire.
  • Et j’en passe…

Si vous vous êtes reconnu dans une de ces situations, alors lisez attentivement ce qui suit :

L’échec est un mythe

Pour surmonter la peur de l’échec, vous devez avant tout comprendre que l’échec est un mythe. Il n’existe pas. Tout est dans la manière dont vous l’interprétez.

Car réfléchissez un instant. Même lorsque les choses ne se passent pas comme vous l’auriez aimé, est-ce que cela est fatal pour vous? Est-ce un résultat final, qu’on ne peut plus changer? Jamais !

Considérer l’échec comme un résultat final, c’est rester mal coiffé toute la journée car on s’est réveillé le matin ainsi…

D’ailleurs, dans bien des cas, vous verrez que l’échec est sans conséquence sur votre situation. Elle restera la même. Inchangée.

Un exemple ?

Imaginez que vous contactiez un blogueur influent pour vous faire publier sur son blog. Manque de bol, il refuse. Quelle est votre situation? A-t-elle empiré?

Non. Elle est restée la même. Vous n’étiez déjà pas publié sur son blog avant de demander. Rien n’a changé.

Un autre exemple ?

Vous lancez un nouveau livre. C’est un fiasco total. Vous n’en vendez pas un seul exemplaire. Quelle est votre situation? A-t-elle empiré?

Non. Elle aussi est restée la même. Ce livre, vous n’en vendiez déjà pas avant de l’écrire. Donc rien n’a changé.

Subir des échecs ne détériore en rien votre situation. Elle reste la même, dans bien des cas.

Le seul moment où elle empire, c’est quand vous choisissez de ruminer l’incident. Et de vous sentir mal, à cause de cet échec.

L’échec n’est qu’un état d’esprit.

Et il est surtout condition à la réussite. Voici pourquoi :

L’échec est une direction

Soyez attentif, c’est très important : L’échec n’est pas un résultat, mais une orientation. Il vous indique tout simplement que vous êtes dans la mauvaise direction. Point !

La plus belle explication que j’ai trouvée, c’est celle de Jack Canfield, l’auteur de la série de best-sellers Bouillon de poulet pour l’âme.

Voici comment il l’explique :

Lors de ses séminaires, il demande à un volontaire de se rendre à l’autre côté de la salle. Le but de Jack est de marcher jusqu’à lui. L’auditoire doit l’aider en lui indiquant s’il est dans la bonne direction, ou pas.

Jack commence à marcher dans la direction opposée. « Mauvaise direction » lui crie l’auditoire. Il change alors légèrement d’angle. Rebelote : « Mauvaise direction ».

Il change alors un peu l’angle, et continue d’avancer. « Mauvaise direction ». Et ainsi de suite. Jusqu’à « Bonne direction ! ». Et Jack atteint sa cible.

Après ce petit jeu, Jack demande quelle directive il a reçue le plus souvent. Et la réponse est « Mauvaise direction ».

Pourtant, bien qu’il était le plus souvent en position d’échec (la mauvaise direction) il a quand même atteint son objectif.

Rappelez-vous : l’échec vous indique simplement que vous n’êtes pas dans la bonne direction. Et il vous donne surtout de bonnes indications sur la direction à prendre pour réussir.

Trébucher sur un obstacle permet d’avancer. J’appelle cela « trébucher en avant ».

Pour finir, je vole cette phrase à Buckminster Fuller, et qui dit : « Les êtres humains ont reçu un pied gauche et un pied droit, pour faire une erreur à gauche d’abord, puis une seconde à droite, encore une à gauche, et ainsi de suite. »

Car au final, même si chacun de nos pas est un échec, il nous fait avancer vers le Palais de la Réussite.

Je prie le ciel pour que vous fassiez beaucoup d’erreurs. Pour que vous subissiez un maximum d’échecs.

C’est tout ce que vous méritez !

Écrit par Cédric Vimeux
www.Virtuose-Marketing.com


38 Commentaires »

  1. Guy Gaëtan 11 septembre 2011 à 11 h 41 min - Reply

    Cet article relève de ce que j’appellerai un peu trivialement certes : Remettre les pendules à l’heure.
    Il n’est rien de plus positif que ce genre d’article qui démythifie un sujet (ici l’échec et la peur irrationnelle et improductive) en faisant toucher du doigt une réalité, qui, pour être évidente, n’en est pas du tout perçue tant… qu’on ne nous la fait pas toucher du doigt.
    Donc MERCI

    • Des Trucs Pour Changer De Vie 21 septembre 2011 à 6 h 24 min - Reply

      Les échecs permettent également de rester modeste et de ne pas prendre « le melon ».

      J’ai été journaliste et je me suis vautré dans plusieurs interviews, ça m’a permis d’en tirer plein d’enseignements.

      Sur le net, j’ai fait plein de boulettes, et j’en fait encore, mais finalement ça aide sacrément.

      Et puis, souvent, on n’ose pas demander, on n’ose pas solliciter. Et pourtant, qu’est-ce qu’on risque ?

      Sam

  2. Yael@guide facebook des professionnels 11 septembre 2011 à 14 h 07 min - Reply

    Excellent article. Ce n’est que ceux qui osent et qui veulent avancer qui ont des echecs (et des reussites)

    Cedric tu m’as convaincu que je devais impérativement lire tous tes articles et m’abonner a ta newsletter.
    merci

  3. TikkY 11 septembre 2011 à 15 h 59 min - Reply

    Excellent article. On se souvient trop souvent des réussites des autres mais lorsqu’on creuse un peu on se rend compte que ces gens qui ont réussis, ont essuyé de nombreux echecs avant d’y arriver.

    J’enfonces des portes ouvertes, mais au final on apprends plus de ses echecs que de ses réussites.

    La qualité commune à tous ceux qui ont réussi c’est la persévérance et la pugnacité.

    Cette petite piqure de rappel fait du bien, merci. Même si la fin est un peu trash :

    « Je prie le ciel pour que vous fassiez beaucoup d’erreurs. Pour que vous subissiez un maximum d’échecs.
    C’est tout ce que vous méritez ! » »

  4. Fred 11 septembre 2011 à 16 h 39 min - Reply

    Merci beaucoup,
    la lecture de cet article ne peut que remettre l’envie d’avancer en avant.
    Je conseille la lecture de cet article quand on commence à douter de ses capacités.

  5. Léa@conseils web marketing 11 septembre 2011 à 16 h 47 min - Reply

    Il faut arrêter de se dire que l’échec est un tabou et Cédric a su nous le montrer à sa façon dans cet article.
    On ne pourra jamais réussir avant de connaître un ou des échecs tout au long de notre parcours.
    Si on ne tente rien, on n’est pas prêt d’avancer dans la « bonne direction » à prendre comme le résume très bien l’exemple!

  6. Olivier@coaching d'entreprise 11 septembre 2011 à 21 h 01 min - Reply

    Ah le thème de l’échec mériterait un livre entier !
    Une autre formule que j’aime aussi:
    « la réussite est souvent la somme des erreurs »…
    Merci Cédric de rappeler que les échecs ne sont pas une fin en soi !

  7. Johann 11 septembre 2011 à 23 h 46 min - Reply

    200% d’accord ! Le pire échec c’est de ne pas avoir tenté : 100% de ce qui n’est pas tenté échoue. C’est dans l’échec qu’on apprend et qu’on avance. Si a chaque difficulté on s’arrête on ne vas nulle part.
    Comme tu le dis si bien, au pire au reviens au point de départ mais avec un gros plus: on a appris de l’expérience.

  8. Thierry Valker 12 septembre 2011 à 3 h 06 min - Reply

    Salut Cédric, salut Nico

    Alors là, chapeau. Déjà le titre, je trouvais ça gonflé. Mais il a quand même fallu que je vienne jeter un oeil.

    Et l’article, il est du même calibre. Ou tu trouves une telle inspiration ?

    Cela redonne envie de s’y mettre, même si j’étais sur le point d’aller me coucher.

    Bon ben je vais repartir pour une heure de boulot. ;)

  9. Xavier@Market Samurai 12 septembre 2011 à 20 h 54 min - Reply

    Très bon article ! Merci Cédric pour cet exemple de Jack Canfield … tu le cite souvent … je vais tacher de me procurer un moins un de ses bouquins.

  10. logiciel 15 septembre 2011 à 14 h 20 min - Reply

    Quand c’est vrai, il faut le dire :)
    Très bon article

  11. Frederic 17 septembre 2011 à 0 h 51 min - Reply

    Même si ce n’est pas le prmeière fois que je lis ce genre de sujets. J’ai souvenir entre autre d’un blogueur qui a écrit « la stratégie de l’echec ». C’est une vision que devrait avoir tout entrepreneur. Aux Etats-unis, il y a un adage qui dit que chaque entrepreneur qui a réussi doit avoir subit 3 faillites (échecs). La mentalité Francaise est toute autre. Ici, on ne s’autorise pas l’echec. Alors ca produit 2 choses : L’excellence (pour une poignée d’entre nous) ou la paralysie et l’abandon (pour la majorité). Il est tant de mettre un peu « d’americanisme » dans notre vision de l’entreprenariat, et ce genre d’article y contribue. See u :)

    Fred, Crea Web, Référencement, Social media
    Retrouvez-moi sur Facebook ou sur mon profil twitter :)

  12. Albin 20 septembre 2011 à 20 h 59 min - Reply

    Alors là Cédric je dis BRAVO!
    Tu abordes ici la corde sensible de tout (nouveau) blogueur!

    Moi je dis chapeau pour l’article et l’accroche qui excellente.
    Voilà qui saura me motiver, ainsi que d’autres qui hésite…encore plus pour aller au bout de nos projets.

    Sacré coup de pied au c… que nous donne et je t’en remercie, de temps en temps ça remet les pendules à l’heure!
    Aussi ton point de vue sur l’échec et la façon de l’appréhender et de réagir est absolument géniale.

    C’est effectivement le mode de gérer nos états d’esprit et notre système de pensées qui fait la différence entre nous tous… les être humains.

    Merci Cédric, merci Jack.

    Albin

  13. Gilles 20 septembre 2011 à 22 h 18 min - Reply

    J’aime bien cette philosophie de la peur l’échec mis en exergue par Cédric. Les explications qu’il nous donne, simples et pleines de bons sens nous apportent une bonne dose de confiance en nous. Je reste aussi persuadé que la maîtrise de cette peur nous met sur la voie de la réussite qui ne viendra pas toute seule mais à force de persévérance. La référence à ces mentors qu’il se plaît toujours à citer dans ses articles, renforce ses allégations.

    Merci Cédric pour cet excellent article

  14. chems 20 septembre 2011 à 22 h 58 min - Reply

    Un president faisait une selection de ministres parmi des candidats;
    En voyant l’un des candidats lui étaler ses diplomes et ses projets reussis, le president l’interrompa:
    Mr, je sais votre cv; mais ce qui m’interesserait, c est que vous me racontiez vos reactions apres des projets non reussis…!

  15. business-conception 21 septembre 2011 à 9 h 58 min - Reply

    Salut Cédric,

    je dois avouer que je ne suis jamais déçu de tes articles. ça redonne un coup de boost pour toute la journée, voire même toute la semaine et tout le mois..

    J’aime beaucoup ton exemple de Jack Canfield, je crois qu’en fait ça résume énormément et parfaitement ton article. C’est en prenant de mauvaises directions (et en ayant des personnes pour nous le rappeler) que l’on se dirige vers la bonne voie…
    Comme on dit, tous les chemins mènent à Rome… (mais bon c’est mieux avec un GPS… Tu es un peu notre tomtom :p )

    Merci à toi..

  16. Ludovic 21 septembre 2011 à 11 h 02 min - Reply

    Bonjour,

    Je viens de lire cet article avec plaisir. C’est du vrai Cédric ! :)

    Je viens d’écrire un article sur les défis réussis avec succès. Ton article m’a donné d’en écrire un autre sur mes plus grands échecs. ;)

    Ludo

  17. Emilie 21 septembre 2011 à 11 h 43 min - Reply

    Bonjour Nicolas et Cédric,

    C’est très motivant, cet article!

    Il a beaucoup éclairci l’exacte compréhension et interprétation d’un échec et par conséquent, il diminue la peur d’échec et pousse à agir.

    J’aime bien les exemples.

    Merci à vous et bonne journée,
    Emilie.

  18. Kouakou 21 septembre 2011 à 12 h 14 min - Reply

    Salut Cédric !
    Sacré article….. j’avoue que lorsque j’ai vu le titre de ton mail et avant de l’ouvrir , je me demandais bien ce que j’avais fais de mal pour que tu me souhaites des « échecs ». Finalement après lecture, je me suis rendu que cela n’était rien d’autre qu’une incitation à la persévérance quelque soient les difficultés. Merci, merci, merci , merci pour cet article qui va me revigorer.
    A toi aussi que « l’échec fasse partie de ton quotidien »….lol

  19. Michael L. 21 septembre 2011 à 23 h 10 min - Reply

    J’aime cette citation « L’echec s’est s’arrêté avant d’avoir réussit ».

    Ton article pousse à aller de l’avant, en tout cas, on ne reste pas immobile après l’avoir lu. On est pressé de poser la première pierre !

    J’aime ces articles qui vous mets face à vous-même et engendre une véritable prise de conscience.

  20. Funkynews 22 septembre 2011 à 17 h 13 min - Reply

    Outrre la peur de l’échec, on devrait nommer en premier lieu, le manque de volonté ainsi que l’irrégularité qui va avec.
    Combien de blogs sont montés le temps d’une volonté passagère et ne dure que quelques mois …

  21. Sam@Stars en photos 25 septembre 2011 à 14 h 36 min - Reply

    Avec les blogs, c’est comme dans la vraie vie. On est obligé de faire des erreurs et de connaître des échecs pour progresser et avancer. Ca n’existe pas quelqu’un qui n’est jamais par un échec, que ce soit dans la vie, ou sur le web. Très bonne piqure de rappel.

  22. Martin Djedjes 8 octobre 2011 à 18 h 57 min - Reply

    Bonjour, cela faisait un petit moment que je vous suivais et tout d’un coup plus rien alors que vous aviez affiché la stratégie inverse. Changement de stratégie ? Pouvez-vous nous en dire plus ?

  23. TiPi@Community Manager 64 12 octobre 2011 à 10 h 21 min - Reply

    Je suis à 200% d’accord avec toi.
    Rien ne sert de mesurer son e-p3nis à d’autres bloggeurs dits influents, il faut écrire à point.
    On écrit avant tout pour soi, ensuite pour les autres et, pour moi, la clé d’un blog réussi outre toutes les techniques contenu intéressant, accroche, design, c’est d’écrire avec sa prose.

  24. Carole@Prêt Hypothécaire 18 octobre 2011 à 3 h 25 min - Reply

    Bonjour,

    Moi j’ai pour mon dire que l’échec est la réussite de la vie de tout les jours car un échec te force à faire toujours de ton mieux par la suite et c’est ce qui ce produit à tout les jours dans la vie des gens donc, il ne faut jamais lâcher après un échec.

    Amicalement

    Carole

  25. LaurentB 25 novembre 2011 à 13 h 08 min - Reply

    Ayant effectué mes études aux USA, la culture de l’échec est l’antithèse de la mentalité française où se planter est tabou. Au Nouveau Monde, un entrepreneur n’est carrément pas crédible s’il n’a pas connu de ratés. La Sillicon Valley est même remplie de Serial Entrepreneurs.
    En complément de cette notion, le frein le plus difficile à surmonter est de ne pas savoir abandonner.
    Je parle de tout ça dans ma prez TEDx http://www.youtube.com/watch?v=oNgkwkIQZH8

    • Nico 7 décembre 2011 à 16 h 44 min - Reply

      Salut Laurent,

      C’est un grand plaisir de te recevoir ici, d’autant que j’ai justement regardé ta vidéo il y a quelques jours sur YouTube, avant que tu ne viennes ici. Je comptais l’utiliser pour expliquer mon Burn Out. Je suis relativement d’accord avec ta dernière phrase, « ne pas savoir abandonner », c’est très juste et surtout porteur !

      Nico

  26. Pascal - IwillbeTheBest.com 29 novembre 2011 à 19 h 54 min - Reply

    Hello,

    D’abord merci à toi, Nico, d’avoir invité Cédric pour cette remarquable leçon

    Ensuite merci à toi Cédric, pour cette excellente leçon, justement !

    Je partage totalement l’idée que l’échec fait partie de la réussite. Un enfant, avant d’apprendre à marcher, tombe et retombe encore… Jusqu’à ce qu’il y arrive !
    Et il en est ainsi de tout ce que l’on apprend dans la vie.

    Pour autant, le problème de l’échec est qu’il peut laisser des marques, parfois difficiles à surmonter, lorsque des conséquences s’ensuivent

    Par exemple, un jeune chef d’entreprise se plante par inexpérience, et se met sur le dos des dettes à n’en plus finir. Son couple en pâtit, c’est aussi la séparation… Il lui faudra certainement beaucoup d’efforts pour surmonter ça et comprendre que son échec est le début de sa réussite à venir.

    Alors, ce type d’exemples sert à d’autres pour justifier l’inaction en se disant « je n’essaye pas, je vais me planter aussi ». Et l’on procrastine, pour utiliser un terme en vogue…

    Il faut aussi dire que le discours ambiant actuel est fait pour faire craindre le pire à tous les niveaux. On finit par avoir peur de l’échec quel que soit le domaine, y compris dans les actes les plus simples de la vie.

    Et pourtant ! C’est en osant se confronter à l’échec qu’on y arrive !

    Je suis devenu journaliste, à la une des plus grands journaux pendant plusieurs mois, sans faire d’école de journalisme, parce que j’ai osé. Les trois premiers journaux que j’ai appelé m’ont rigolé au nez. Un échec ? J’ai revu mes façons de faire et le 4ème journal m’a ouvert ses colonnes (Le Figaro), mon deuxième article s’est retrouvé à la Une 10 jours plus tard. Par la suite, j’ai été courtisé par les journaux qui m’avaient éconduit…

    J’ai publié plusieurs livres à succès, sans même avoir démarché mon éditeur (c’est lui qui est venu me trouver). Pourtant, dans les années précédentes, j’avais échoué aussi avec mes manuscrits. J’ai pris des enseignements de ces échecs, et je suis arrivé à mon but.

    Je suis aussi devenu artiste professionnel (auteur-compositeur-interprète) de la même façon. Quand je me suis lancé, je me suis inscrit à un tremplin de la chanson où j’ai été bien lamentable. Un échec ? J’ai persévéré en prenant les leçons de mes erreurs. Un an plus tard, j’avais enregistré mon album. L’année suivante, après 75 dates sur des petites scènes, j’ai pu présenter mon spectacle au palais des congrès de Tours devant 2000 personnes.

    Alors, oui, je souscris totalement au fait que l’échec est la base de la réussite.

    D’autant plus qu’aujourd’hui, il n’y a jamais eu autant de moyens pour réussir, bien évidemment avec la révolution d’Internet et les évolutions technologiques !

    Allez voir mon Interview d’Aurelien Amacker « j’ai fait 500 000 € de CA en 15 jours » ;

    Aurélien y relativise l’échec de manière évidente, logique et simple. Et ça fait beaucoup de bien.

    Exactement comme tu le dis, Cédric, il montre que le seul vrai échec, c’est de ne pas essayer, par peur d’échouer !

    • Des Trucs Pour Changer De Vie 30 novembre 2011 à 9 h 33 min - Reply

      Je me reconnais un peu dans ton témoignage Pascal.
      Je suis également devenu journaliste sans formation préalable. J’y suis allé au culot pour me faire engager en Radio.
      J’ai fait des choses, vécu des expériences, rencontré des personnes auxquelles je n’aurais jamais eu accès sans la Carte de Presse.
      Ce sont des souvenirs agréables ;-)

      Souvent, quand je vois ces gens à la télé, je me remémore mes propres interviews avec. Que ce soit le président de la république, un champion du monde ou un artiste…

      La vie est une succession d’échecs et de réussites. Souvenez-vous de vos réussites, ça vous boostera pour la journée. :-)

      Sam

  27. Daniel 2 décembre 2011 à 17 h 26 min - Reply

    Le titre est accrocheur (c’est ce qu’on lui demande, non ?)
    L’article est enrichissant et l’on comprend bien que l’échec n’est qu’une étape vers le succès.
    Sans franchir les étapes on ne va pas bien loin.
    La persévérance, le rebond et le courage doivent suivre les échecs.
    Si on n’apprend pas de ses échecs… on échoue lamentablement et c’est foutu !
    Si on étudie le pourquoi de ses ratés, on peut continuer son chemin sa

  28. Gregory 20 décembre 2012 à 23 h 29 min - Reply

    Magnifique article. C’est entièrement vrai. C’est nos erreurs qui nous donnent de l’expérience et qui nous permettent de réussir. On naît pas grand, on le devient.

    Encore une fois, merci Cédric.

  29. Séduction par CCA 14 août 2013 à 9 h 21 min - Reply

    Salut Cédric,

    Un article que je découvre seulement maintenant, mais qui est toujours d’actualité.

    En effet, la peur de l’échec est quelque chose qui nuit à beaucoup de personnes (et qui me nuisait à moi aussi il y a quelques temps). D’ailleurs, j’avais une fois lu un sondage qui disait que les gens ont plus peur du rejet, de l’échec, que de la mort.

    Impressionnant non ?

    En tout cas, je suis tout à fait d’accord avec toi. Et pour reprendre une citation que j’aime tout particulièrement (mais je ne saurais plus dire de qui elle est exactement) :

    « Le succès, c’est tomber 7 fois, se relever 8″

    Au plaisir de te lire,
    Hugo.