Black Hat et White Hat : le SEO serait-il coupé en deux ?

Nicolas 24 mai 2011 5

Rahhhh !! Le monde du référencement est tout simplement passionnant ! Plus on en apprend et plus on doit en apprendre, c’est sans fin ! Lorsque j’ai commencé à me pencher sur la question, je pensais candidement qu’il n’y avait qu’une méthode, la bonne ! Celle que l’on trouve le plus naturellement possible sur GG et que tout bon webmaster suis à la lettre. Mais, au fur et à mesure de mes recherches, je suis tombé le cul au sol en découvrant que tout cela n’était pas si simple ! Il y avait des techniques parallèles, d’autres moyens de générer du trafic sans pour autant suivre les voix tracées. J’ai découvert la face cachée du référencement et j’y ai découvert un monde qui m’était jusqu’alors inconnu ! Je ne vais pas maintenant faire le détail ni l’éloge du Black Hat SEO, ce n’est pas mon propos immédiat. Mais, toutefois, j’aimerais tenter de mettre à plat les différences entre ces deux techniques que tout le monde s’accordent à opposer et qui, me semble-t-il, ne sont pas si dichotomique !

Peut-on alors, en prenant un tout petit peu de recul, jugé de l’une ou de l’autre méthode ? Je me veux consensuel sur ce coup là, car j’estime que les a priori (dans un sens comme dans l’autre) sont néfastes ! Si le but est le même et si chacun connait les règles du jeu, pourquoi une technique serait-elle plus juste ou plus réprimandable qu’une autre ?

Le but est le même : Le Référencement

Avant de parler de différence, voyons ce qui réuni ces deux techniques : Obtenir du trafic, des backlinks, augmenter son PR et au final (pour la plupart) gagner de l’argent. Chaque technique a ses propres outils, ses ficelles, ses astuces et ses gourous. Que l’on soit White ou Black, que l’on joue le jeu régulier de GG ou que l’on cherche à le contourner, le but est toujours le même : Se placer le mieux possible dans les résultats de recherche. Quelques que soit la(les) technique(s) utilisée(s), le référenceur va chercher à remplir les trois notions fondamentales que sont : la notoriété, la popularité et l’autorité. On le sait maintenant, sans ces trois piliers, il est difficile de bien positionner un site dans les SERPs.

Le White Hat : Le bon ?

C’est la technique LA plus universellement rencontrée, celle que l’on peut lire dans les tutos généraliste de création de site web et qui possède de très grands avantages. L’objectif est de consolider un trafic, le construire et l’affirmer dans le temps vers un site web. Pour cela, nous allons placer au-dessus de notre tête l’épée Damoclès de Google et tout faire pour satisfaire les critères de son algorithme. Nous allons travailler les pages, notre netlinking, notre contenu de manière à répondre au mieux à ce que GG (et les autres) attendent. C’est le meilleur moyen – à mon sens – de positionner son site sans risquer de le voir filer dans la Sandbox à la moindre incartade.

On le voit en ce moment, la moindre annonce de changement dans l’algorithme de Google amène des torrents de posts d’inquiétude ou de projection plus ou moins hasardeuse sur ce qui sera le avant / après Panda. C’est tout naturel, on passe des jours, des semaines à construire ses backlinks ou pour apprendre que du jour au lendemain, notre effort pourrait se retrouver dans les méandres des SERPs … Malgré tout, ceux qui ont fait un bon travail de référencement n’ont a priori pas grands chose à crainte.

Le White Hat SEO est donc un travers dans les règles de l’art, avec l’ensemble des prérogatives annoncées par Google pour que son positionnement soit optimal et stable.

Le Black Hat : Le Mauvais ?

Cette technique vise un tout autre public. Ce sont qui savent que leur site ne va durer longtemps, ceux qui doivent faire vite. Soit, car ils sont sur un évènement soit, car ils sont dans une niche fortement concurrentielle et que tenir la barre sur le long terme est trop demandeur d’investissement. Ce sont ceux qui veulent frapper un grand coup et ensuite passer à autre chose. Ils vont donc chercher à obtenir un trafic de masse immédiatement, avant que les moteurs ne les repèrent et les sanctionnent éventuellement. En effet, pour réussir, cette technique doit passer outre les recommandations de Google et utiliser des outils « interdits ». Ils vont donc utiliser le spam de masse, le cloaking, le content spinning, le scraping, etc…

Bien sûr, la plupart de ceux qui utilisent ces techniques le font si bien que même Google n’arrivent pas à les rattraper et au final, leur positionnement est capable de tenir un bon moment. L’on va chercher à surfer sur la lame de rasoir des robots, on va flirter avec le règlement pour chercher à en optimiser les résultats et on va utiliser des scripts ou des logiciels qui vont nous permettre d’aller au maximum de ce que l’on peut faire.

Et entre les deux ?

Il convient d’identifier ceux qui vont utiliser les deux techniques comme faisant du Grey Hat SEO. Ils vont donc jumeler le travail des deux pour tenter de booster de manière « saine » leur référencement. De grands site utilisent ainsi des techniques de Black Hat et tiennent pourtant le haut du pavé (regardez un peu les urls du site Amazone et revenez me voir, ça sent le cloaking à plein nez ^^ Le résultat de l’affichage sera différent si vous êtes un robot ou une IP classique). Rien n’est interdit ni illégal (vous n’irez pas en prison pour avoir indexé votre site de manière automatique dans 15.000 annuaires ! Tout est toléré ! Reste à bien cerner le point de tolérance et à tourner autour !

On ne peut pas juger de l’un ou de l’autre, c’est impossible ! De tenter d’opposer deux visions est à fortiori une perte de temps et une tentative vaine de cataloguer les référenceurs ! Pour ma part, je vais me pencher sur ces techniques un peu Border-line pour voir comment je peux en faire ressortir un Turbo pour mon positionnement ! Il existe quelques scripts capables d’apporter un réel bonus et qu’il serait dommage que je me prive sous prétexte que GG considère que ce n’est pas bien !

Ange ou Démon ?

Comme je le disais dans mon précédent article, sur la gifle que j’ai pris depuis une semaine, ma vision a changée. On peut voir le monde fabuleux d’internet de deux manières :

  • Tout ce qui fait Internet est issu du travail de l’homme et le foisonnement de sites, pages, blogs, réseaux sociaux prouve que cet outil est fait pour répondre à beaucoup de besoins Humains. Sans l’intervention de l’Homme, internet reste figé.
  • Tout ce qui fait Internet est issus du travail des robots. Et c’est Google, en 2.000 qui a bousculé tout ce joli monde avec sa notion de Page Rank. L’homme a, en plus de vouloir exprimer ses passions ou ses opinions, doit aussi répondre à son besoin d’être lu par le plus grand nombre ! Et sans les Robots, c’est impossible !

Donc soit, on pense son référencement pour et par l’Homme et on va aller vers des techniques manuelles, mais qui vous nous amener dans le temps une pérennité de notre travail. Soit, on va penser Robots et on va alors tout faire pour leur donner ce qu’ils attendent et on va exploiter leur manière de « voir » et de « réagir » pour profiter au mieux de ces machines.

Et toi ? Tu penses te situer comment dans ton travail SEO ? tu serais plutôt Black, White ou Grey Hat ?


5 Commentaires »

  1. kategriss@blogging 13 juin 2011 à 0 h 07 min - Reply

    De mon côté je suis pour l’instant White Hat par manque de moyens (pas encore assez douée/motivée pour acheter toute la panoplie du bon BH).
    Mais je ne renonce pas pour autant à m’y lancer plus tard et faire du WH pour les autres et des sites cleans et du BH/Grey Hat pour des money sites de moindre envergure.

    PS : joueur de WoW ?

    • Nico 13 juin 2011 à 9 h 37 min - Reply

      Coucou Kate,

      Je suis un peu comme toi, je me suis surtout engagé sur du WH pour le moment, mais je continue à m’intéresser au BH, il y a de bonne méthodes !

      A terme, le monde sera Gris ;)

      Nico

      PS : non, de DDO ;)

  2. Solutions Web 2.0 1 juillet 2011 à 18 h 21 min - Reply

    Le bon et le mal ne sont finalement que des notions imposés par nos institutions, par des lois et des règles. Pour avoir une vision juste, il est important de connaitre la face caché de chaque chose.

    Un White Hat se doit de connaitre les techniques Black Hat même si il ne désire pas s’en servir. J’ai découvert dans le Black Hat un envers du décor plutôt surprenant… Et je dois avouer que toute cette histoire de SEO est une belle blague.

    Pourquoi ?

    Parce que ces techniques sont d’une efficacité redoutable… Et nombreux sont ceux qui les utilisent. Beaucoup plus que ne l’imagine. Même si certains envoient leurs sites an un éclair dans la SandBox de GG, le but du jeu est de rester le plus longtemps possible en première page.

    Ce qui m’intéresse, ce sont les outils, car ils permettent d’automatiser les processus. Plus de temps pour se concentrer sur les choses que l’on aime plutôt que de passer des heures à des taches ennuyeuses et répétitives; mais néanmoins nécessaires à un bon positionnement dans les moteurs de recherches. Ce sont avant tout, des outils de Marketing et souvent présentés comme tel… Une personne qui utilise SEnukeX, par exemple, devient-elle forcément Black Hat ? Notre monde est Grey Hat, (ou comme le dit Nico, le deviendra à terme).

    Bravo, très bel article !

    Bien amicalement,
    @Gilles_Vitu

  3. John@creer son entreprise 29 juillet 2011 à 10 h 30 min - Reply

    Comme précisé dans l’article, le Black Hat est dangereux mais pratique pour des résultats rapides et efficaces.
    Le White Hat est quant à lui une méthode bénéfique sur le long terme et sans risque de Sandbox.

    Un mélange efficace des deux ne s’apparenterait selon moi pas à du gris mais à un dégradé de noir au blanc, c’est à dire commencer par du Black pour trouver son public rapidement puis transformer ce black en White progressivement jusqu’à devenir blanc comme neige afin de passer des nuits sans cauchemarder sur Panda !